Delphine M. vous livre Thuin par touches: sorties, dégustations, portraits, projets...

“Je pense que Thuin inspire.”

Qui, à Thuin, ne connaît pas Martin Jeanmart? Vous l’avez sûrement déjà croisé aux scouts, à la Saint-Roch ou lors d’une des innombrables festivités rythmant notre entité. Martin est aussi une des ressources-clés de la Ville: il est en charge des dossiers relatifs au développement de Thuin. Un travail assidu mais surtout un travail qui le rend heureux et qui offre à ce licencié en Histoire l’opportunité de côtoyer quotidiennement une ville au riche passé. Ce passé passionne Martin. Il a donc naturellement souhaité le partager à travers la littérature.

Le 12 octobre 2013, Martin a présenté son premier roman, La Dame de l’Ermitage. L’événement a drainé pas moins de 150 personnes! Originalité du moment: la présentation du livre a eu lieu à l’Ermitage de Thuin, endroit qui charriera l’esprit du lecteur au fil des pages de ce roman régional. Avec enthousiasme et modestie à la fois, Martin a partagé avec nous sa passion pour l’Histoire et “l’humain”. Car c’est bien l’Homme que notre écrivain thudinien place au coeur d’un récit dépassant les frontières de Thuin par les questions universelles (quête de soi-même notamment) qu’il aborde.

Delphine M. Se lancer dans l’écriture d’un roman est une véritable aventure. Comment est né ce projet?

Martin Jeanmart L’Ermitage est un coin où je vais me promener depuis que j’ai 6 ou 7 ans. J’ai écrit l’introduction du roman quand j’étais à l’unif’. J’ai repris le collier il y a 7 ans. Je voulais raconter l’histoire de saint Landelin. Ce personnage m’a toujours fasciné. Alors que sa carrière semblait toute tracée, il a littéralement “pété les plombs” et est devenu brigand. Après la mort inopinée d’un de ses compagnons de route, Landelin rêve qu’il se trouve en enfer. A l’époque (7e siècle, NDLR), les rêves ont une signification mystique. Landelin entre alors au monastère. C’est lui qui a fondé l’abbaye de Lobbes et une partie de l’Abbaye d’Aulne. L’histoire de cet homme, qui est passé du bien au mal et du mal au bien, m’a toujours fasciné.

La dame de l’Ermitage n’est pas seulement un roman historique. Il s’agit de la rencontre de trois étudiants qui réalisent des recherches historiques. A partir de là, le récit entremêle présent et action appartenant à un passé lointain. Nous avons donc deux temps: un temps contemporain et un temps de l’Histoire qui s’étend sur quasiment 1.000 ans puisqu’il couvre la période allant de la fondation de l’abbaye de Lobbes à la Révolution Française.

La Dame de l’Ermitage présente une quête historique mais aussi une quête des personnalités de chacun.

D.M. Donc le sujet de ton roman trouve ses racines dans ta passion pour l’histoire. Mais avais-tu déjà un goût pour la littérature?

M.J. J’ai toujours adoré écrire! Quand j’étais enfant,vers 6-7 ans, j’ai réalisé une BD sur l’histoire de Belges qui avaient résisté en 14-18. L’Histoire nous apporte beaucoup. Toutes les réponses que la vie nous demande ont déjà été traitées par des personnes qui y ont été confrontées avant nous. Essayer de ne pas refaire les mêmes erreurs grâce à l’Histoire est fascinant. Et Thuin, c’est le bonheur, car ce lieu est chargé d’Histoire.

D.M. Dans ce travail d’écriture, quel est l’élément qui t’a le plus marqué?

M.J. On dit toujours que l’écriture est un acte solitaire. C’est vrai. Mais je me suis appuyé sur des personnes qui m’ont servi d’exemple, qui sont allées au bout de leur rêve. Et je me suis dit: “Pourquoi pas moi?”. Les ressources humaines sont essentielles à mes yeux. C’est l’exemple des autres qui m’a permis de me dépasser. L’idée d’aller jusqu’au bout de soi-même est un véritable soutien. Quand tu reçois les caisses remplies d’exemplaires de ton livre, tu te dis: “Wouaw! Je l’ai fait!”

Je ne compte pas devenir riche avec ce bouquin (rires). Je suis déjà riche de toutes les personnes qui m’ont aidé et soutenu. Ca rend la vie belle et cela permet de faire des rencontres intéressantes.

Je pense que Thuin inspire.

D.M. Que souhaiterais-tu que le lecteur retire de ton livre au moment où il le referme?

M.J. J’aimerais qu’il aille se promener à l’Ermitage et en retire un moment de bonheur. Qu’il se dise que la vie est belle et qu’il le partage. J’aime à rêver que le monde peut être beau et que l’homme, grâce à ses rêves, peut échapper à ses soucis.

C’est à cette condition que je me dirai que l’écriture de ce roman aura été utile.

Vous souhaitez commander La Dame de l’Ermitage ou encore enrichir votre lecture de prolongements historiques? Faites-vous plaisir et cliquez sur La Dame de l’Ermitage, un roman historique au coeur de Thuin.

 

Categories: Zoom

Laissez votre avis