Delphine M. vous livre Thuin par touches: sorties, dégustations, portraits, projets...

Deux guitaristes de renom, des sonorités du sud et une église enveloppée par un crépuscule d’été: voilà les ingrédients du récital donné ce samedi 3 août 2013 à Donstiennes, par Pia Grees et Johan Fostier. Comment ne pas succomber aux charmes des morceaux de Domenico Scarlatti, Mario Castelnuovo-Tedesco, Isaac Albéniz ou encore Enrique Granados?

Un soir d’été dans une église: un cadre lyrique

Imaginez un soir d’été qui tombe sur le village de Donstiennes. Vous pénétrez une petite église qui fait avantageusement office de salle de concert. Son acoustique est parfaite pour les guitares. La lumière du crépuscule se teint d’une grande douceur en traversant les vitraux de l’église. L’atmosphère est propice au lyrisme, les spectateurs sont séduits avant même de savourer les premières notes.

De la frivolité italienne à la sensualité espagnole

D’habitude intégrés dans un quatuor, Pia Grees et Johan Fostier ont donné pour la première fois de leur carrière un concert en duo. En fin de soirée, ils nous ont offert une surprise: Denis Boudart, baryton, les a rejoints pour un air chanté. Nos deux guitaristes affectionnent particulièrement les compositeurs espagnols, italiens et sud-américains. Tels des magiciens, ils nous transportent vers le sud par le simple pincement de cordes.

Coup de coeur de la soirée pour Bajo la palmera (sous la palmeraie) d’Isaac Albéniz. Ce morceau traduit à merveille la sensualité espagnole avec son rythme chaloupé.

C’est Geneviève Lannoy, originaire de Thuin, qui a organisé ce récital. Il s’inscrit dans un stage international de guitare classique. C’est dire la qualité de la prestation qui nous a été proposée. Plus qu’une rencontre musicale, les artistes nous ont offert un magnifique voyage.

 

 

Categories: Actualités

Laissez votre avis